Open Close
Swann
Connexion
Mon panier 0
Retour

le Journal

Bill Evans : Portrait In Jazz

Inspirations

Bill Evans : Portrait In Jazz

L’intemporalité du vestiaire Classique Américain. L’influence du style Ivy League.

Kind of Blue

 “ Nous sommes le 2 Mars 1959, New York, au cœur de Manhattan, au 207 de la 30 ème rue Est, aux croisement de la 3ème avenue, Miles Davis au volant d’une Mercedes 190 SL se gare devant le studio de la Columbia… “
(Extrait de 59 rue des Archives)

Pour son prochain album, Miles Davis réunit pour deux sessions d’enregistrement son sextet. Parmi eux, deux pianistes sont présents, Wynton Kelly et Bill Evans. Wynton Kelly jouera sur le titre Freddie Freeloader, un morceau résolument plus " Blues “ dans son approche. Bill Evans lui occupera le rôle du pianiste sur les autres titres composant l’album.

Bill Evans et Miles Davis

De ces deux sessions d’enregistrement, naîtra l’un des disques les plus importants de la musique, le désormais incontournable : Kind of Blue
Bill Evans ne figure pas sur les crédits de l’album comme compositeur. Miles Davis avouera que sans lui et son apport, l’album ne serait pas le même, rendant des années plus tard ses titres de noblesse à un musicien discret, tout en sobriété et élégance.

Explorations

Bill Evans est né dans le New Jersey le 16 août 1929, il étudie le piano et le violon, démobilisé en 1954 il débute sa carrière de musicien professionnel. La route de Bill Evans croisera celle des plus grands, souvent en tant que “sideman”. Il commence à jouer en trio à partir de l’année 1959, une formule d’apparence simple, piano, contrebasse, batterie, mais qui révolutionne le genre grâce à un nouveau langage entre les musiciens.

Bill Evabs Blue Cardigan

Le jeu de Bill Evans et son approche du piano sont très distinctives, on peut, avec habitude, reconnaître les couleurs de ses accords, l’accent si particulier autour du voicing (choix des notes pour les accords) toujours sur la partie médium-supérieure du clavier pour libérer de la place au jeu de basse de son contrebassiste. Son sens des subtilités rythmiques et de la mélodie allié à une extrême sensibilité font de lui l’un des pianistes majeurs de l'histoire du jazz.

Son vestiaire quant à lui est ancré dans son époque : dans les années 50 l’Amérique est très influencé par les milieux universitaires et intellectuels avec le style Ivy League.

Les étudiants des plus prestigieuses Universités délaissent peu à peu les costumes complets de leurs aînés, pour créer un style plus déconstruit et dépareillé : vestes tweed, Chinos, chemises cols boutonnés en Oxford. Vestes et chemises à motif Madras, souvent souvenirs de vacances rapportés des Antilles par les étudiants eux même, démontrent un besoin d’expression et d’identité, comme une sorte de provocation.

Bill Evans épouse parfaitement ce renouveau, il porte rarement des complets, ou alors très sobres.

Il porte des chemises en Oxford ou flanelle, sans cravate la plupart du temps, mais boutonnées entièrement, des vestes en tweed, avec des motifs chevrons, souvent de couleur unie.

Ce style suivra son évolution naturelle dans les années 60 et 70, même si les coupes seront plus larges, témoin de leur époque, ce clin d’œil volontaire ou non à l’âge d’or des années Ivy League restera chez lui une constante.

Comme souvent, chez Bill Evans, tout est question de détail, de finesse, on remarquera une chemise en Jean, une veste au motif Madras, un col boutonné sans cravate, un manteau oversize doublé Shearling.

Sunday At The Village Vanguard

Comme dans son approche du piano, à la vue des photos ou à l’écoute de sa musique, quelque chose nous transporte, nous touche. Une légère mélancolie, un sentiment de nouveauté se mêlant à celui de déjà vu. On est comme transporté à une table du club de jazz  dans l’album At the Village Vanguard pendant l’enregistrement live (l’un des plus importants de sa discographie) avec Scott LaFaro à la contrebasse et Paul Motian à la batterie, formant son trio culte.

La force des images et des tenues devenues iconiques de tous ces acteurs de la scène musicale ou intellectuelle, joue des tours à notre mémoire et nous plongent, comme au cinéma, dans des moments de contemplation.

Son héritage à la fois musical et stylistique fait de Bill Evans un acteur principal du style Ivy League, entre souvenir et créativité, son empreinte est intemporelle.

Le style Ivy League, s’affranchissant des règles sociales,  est devenu un classique, il peut être adopté dans toute situation du quotidien.
Une chemise en Oxford uni ou rayé, portée avec une cravate tricot, sur une veste à boutons dorés, ou à motif, sur un chino beige ou un jean, pourra se fondre dans un contexte formel ou plus décontracté.

Le champ des possibles est large et peut se conjuguer à toutes les morphologies et compléter tous les vestiaires contemporains. Même s’il donne une allure plutôt “sport”, le style Ivy ne manque jamais de panache.

Pour aller plus loin

Live Sunday At The Village Vanguard
Take Ivy de Teruyoshi Hayashida
Kind Of Blue

Ces articles peuvent vous plaire

La Sape

Inspirations

La Sape

lire la suite
JC Leyendecker peint les Dandys

Inspirations

JC Leyendecker peint les Dandys

lire la suite